L'Enfant du jeudi

Sonya Hartnett

Les Grandes Personnes

  • 8 septembre 2011

    Australie, fin des années 1920, Flute Harper, dix ans, et sa famille habitent dans la campagne. Tin son plus jeune frère frôle de près la mort. A partir de ce jour, il se met à creuser sous la maison. Il y creuse des galeries, y passe ses journées puis très vite ses nuits.

    Raconté par Flute, ce livre nous plonge dès le départ dans une ambiance particulière. On ressent la chaleur étouffante, on visualise cette campagne australienne où la famille Harper vit difficilement. L’argent est rare, Flute se contente de porter les robes usées de sa sœur aînée et porte des chaussures trouées. Mais elle ne plaint pas, ses parents l’aiment même si depuis l’arrivée du dernier bébé, elle trouve que sa mère est bien occupée. Et voilà que Tin creuse sous terre de véritables galeries et y passe tout son temps. Ses parents le laissent faire. Tin délaisse les repas, son lit et sa famille pour vivre sous terre. Flute comme tout le monde ne comprend pas pourquoi il agit de la sorte. Les saisons passent, Flute grandit. Elle discerne mieux ce qui se cache derrière les conversations des adultes. Sa naïveté s’amenuise, la Grande Dépression s’abat sur toutes les têtes, son frère Tin est devenu un être sauvage et le rêve de son père tourne au désastre. Pour la suite, je n’en dis pas plus…

    Comme je vous le disais au départ, l’écriture de Sonya Hartnett crée une atmosphère. Pas franchement gaie, vous l’aurez compris (ramassez les cotillons) sans être plombante (ramassez la sinistrose) ou triste ( ramassez les mouchoirs). J'avais juste ( je dis bien juste) l’impression d’avoir la gorge sèche, du mal à déglutir et un poids qui me comprimait le thorax.

    Bien plus qu’un roman initiatique au monde des adultes, ce livre se lit tout seul en apnée totale avec une histoire très prenante ! Ceux et celles qui ont aimé "une enfance australienne" ne seront pas déçus par ce nouveau livre!