C'était mieux après

C'était mieux après

Agnès Desarthe

Gallimard Jeunesse

  • 2 novembre 2020

    Les parents de Vladimir ont la bougeotte et ce dernier ne cesse de changer d'école. Cette année, Vladimir se retrouve dans une classe d'enfants surdoués et vraiment inclassables... Comment s'intéger ? Comment communiquer ?
    Un petit roman, plein d'humour et de tendresse, à lire dès 9 ans, qui fait la part belle à la tolérance.


  • 31 octobre 2020

    Un livre qui fait du bien !

    Avec des parents qui déménagent sans cesse, Vladimir, 10 ans, en a connu des écoles !
    Mais là, c’est le pompon ! L’EEIP, "l’école excellente pour individus puissants" risque de mettre à mal son moral. Les élèves y sont si différents que Vladimir craint de ne pas trouver sa place.
    Il finira par découvrir que la différence est une véritable force .!

    Un livre qui fait du bien à partir de 9 ans.


  • par (Libraire)
    26 septembre 2020

    Un excellent roman drôle et tendre sur la tolérance.

    Vladimir, 10 ans est habitué à déménager et à changer d'école car il a des parents qui ne tiennent pas en place. Suite à un énième déménagement, Vladimir arrive dans une nouvelle école nommée "EEIP" peut-être une "Ecole Excellente pour Individu Puissant ?". Finalement, Vladimir découvre qu'il s'agit d'une école pour enfants surdoués et précoces, ce qui n'est pas du tout son cas. Après une première journée très difficile, Vladimir est inquiet, cela lui semble impossible de continuer à aller dans une telle école et avec des élèves si spéciaux, est-il arriver dans un asile ? Mais Vladimir est malin et a l'habitude de devoir s'intégrer. Il a une idée qui va tous les surprendre.
    Un roman plein d'humour et de tendresse.
    A partir de 9 ans. Solène.